27 octobre 2013

Du 12 au 13 octobre 2012
Arrivés vers 2h du matin, nous avions déjà réservé notre auberge de jeunesse. A notre descente du bus, une femme cherchait à nous vendre des excursions. Assez fatigués, nous lui avons dit que nous cherchions juste à rejoindre notre auberge. Instantanément, elle nous a trouvé un taxi (son mari attendait déjà) et nous a dit qu'elle passerait demain nous voir. Son mari nous a donc conduit et déposé à la Casona Potosi Hotel (5€ la nuit en dortoir de 10 personnes avec le petit-déjeuner).

L'auberge était en travaux
Après une bonne nuit de sommeil et un bon petit déjeuner, comme convenu, la femme de la veille (Eliana) nous attendait dans le hall d'entrée de l'auberge. Elle nous a de nouveau présenté les services de son agence : Braniesca Tours. Une fois d'accord sur la visite de la mine (faite par Carlos en 3h - 8€) et sur notre moyen de rejoindre Sucre (Eliane nous a réservé des billets pour le soir même - 3h de trajet 4€), elle nous a donné rendez-vous à son agence pour 13h. Cela nous a permis de faire un petit tour de la ville et de réservé notre auberge pour le soir même à Sucre.

Eliane et Carlos
Le marché de Potosi
A l'agence, elle nous a équipés en mineurs et nous sommes partis avec Carlos. Avant d'aller à la mine, nous avons fait un arrêt dans un magasin afin d'acheter de la coca, des catalyseurs pour la coca, du Sprite et de l'alcool à 96,5° pour les mineurs et la Pachamama.

Potosi vue des mines
L'équipe de choc
Dans la mine, pas de courtoisie, on jure, on dit ce qu'on pense car c'est l'enfer !
En compagnie de El Tio, le dieu de la mine
El Tio (il y en a un à chaque étage de la mine)
A ne surtout pas toucher et à mettre à la bouche... C'est du cyanure, mort garantie en 3 minutes !


En conclusion : 3h à monter et descendre (jusqu'à 500 m de profondeur), à croiser des mineurs plongés dans leur travail (grâce à la coca), à entendre des explosions de dynamites, à ressentir la puissance du silence (1 minute dans le noir complet, c'est long et flippant) et à comprendre l'esprit de la montagne. Notre guide Carlos, ancien mineur lui même, nous a donné beaucoup d'explications sur la vie d'un mineur et sur les sacrifices de lamas. Le plus saisissant a été de tester la coca avec un catalyseur (on ne sent plus littéralement sa mâchoire), de boire de l'alcool à 96,5° (même dilué avec du sprite, c'est très fort) et comprendre que cela fait partie intégrante de la vie d'un mineur...

Après cette excursion, nous avons filé à l'agence, rendu les équipements, pris nos bagages et pris notre bus pour Sucre.


1 commentaires :

Petits Bouts D'ailleurs. Fourni par Blogger.